Naturalisation des talents, Start-up Nation et foutage de gueule organisé

Asterix et Obelix, les 12 travaux

Vous n’avez aucune idée de l’accueil chaleureux que l’administration française réserve aux talents étrangers. J’ai eu la chance de vivre et d’accompagner une personne ayant vécu une histoire totalement hallucinante et irrespectueuse. Voici une petite histoire d’une gestion absurde de process en 2019 à l’ère du numérique. Accrochez-vous, même un scénariste d’Hollywood n’aurait pu être si créatif.

Note : c’est la version « director un-cut » dite version longue d’un thread Twitter qui a été populaire : https://twitter.com/davrous/status/1157224994436452352. On m’a conseillé d’en faire un article complet pour plus facilement partager ce cauchemar et peut-être éveiller les consciences. Le voici.

Février 2018, ma chérie, après plusieurs années de présence, de hautes études et de travail / impôts en France, aimant ce pays, se sentant en harmonie avec ses valeurs demande la naturalisation. Ayant travaillé dans plusieurs start-ups françaises, dans de grandes entreprises internationales ainsi que dans une fondation au service des jeunes français, elle souhaite sauter le pas. Quelle fierté d’attirer de nouveaux talents!

Elle se renseigne sur Internet pour connaître la procédure. Mais n’arrivant jamais à joindre le numéro censé gérer la prise de rendez-vous pour la dépose du dossier, elle regarde le site officiel, réuni elle-même l’ensemble des pièces. Elle vérifie les prérequis et me demande de l’amener à Évry.

Évry. La préfecture la plus incroyable et douce de France sans doute. Une sorte de paradis de l’étranger, terre d’accueil onirique où les valeurs de la République française brillent de milles feux.

Alors si vous ne connaissez pas le principe, c’est assez amusant. Vous êtes dehors, tôt, voire très tôt (mais vraiment hein) à faire la queue contre des barrières que nous, chanceux français, avons plutôt l’habitude de balancer sur les méchants pendant les manifestations. Déjà, j’étais en stress car le temps d’attente moyen dehors est de 3h et il y a 2 queues. Comment savoir si vous êtes dans la bonne queue ?

Heureusement, une dame arrive avec un mégaphone pour nous expliquer les règles du jeu (mieux vaut le prendre pour un jeu). La dame avec un ton des plus aimables : « Retcheu peutcheu neutcheu GRETEUCHEU sur la gauche ! Teuteucheu reutche patanoutcheu DEUTEUCHE sur la droite ! ». Merci au son saturé et inaudible de son appareil de guerre.

Je suis en panique totale. Moi, le français natif, n’a absolument rien compris de ce qu’elle vient de gueuler dans le mégaphone. Alors je n’ose imaginer un étranger maîtrisant peu la langue. Tout le monde sur place semble pourtant détendu et être rompu à cet exercice d’humiliation. Bref, coup de bol, on est dans la bonne queue et nous arrivons au dispatch.

– Un monsieur : “Vous venez pour quoi ?” de manière aussi accueillante qu’une porte de prison (et le bonjour semble optionnel)
– Elle, avec un ton joyeux tout droit sorti du monde des bisounours : “Bonjour, pour une dépose de dossier de demande de naturalisation !
– Le gentil monsieur me regarde alors avec affection : “c’est lui le mari ?” (ah non, je me trompe, en me regardant en fait avec dédain, je me souviens mieux)
– Elle : “euh, comment ça ?
– Lui, pas content : “C’est pour une demande de naturalisation par mariage et c’est le futur mari ?
– Elle : “Ah non ! C’est pour une demande par décret
– Lui : “dans ces cas-là, il faut appeler le numéro !” puis il nous tourne le dos.
– Elle, toute gentille (elle restera gentille tout le long de cette histoire, ce qui a le don de m’énerver) : “oui mais personne ne répond jamais du coup je me suis dit que j’amènerai…
“Non ! Il FAUT appeler le n-u-m-é-r-o ! C’est comme ça“, il se tourne alors vers l’organigramme et dit “il y a 300 personnes ici, il y en aura bien une pour s’occuper de vous” puis il nous tend le numéro de téléphone magique que l’on connaissait déjà et nous prive définitivement de sa bonne humeur contagieuse.

Le numéro, le fameux numéro, que dis-je, la blague du numéro ! Disponible uniquement le mardi de 9h à 12h et de 14h à 16h30. Bien sûr, il est donc quasi impossible d’avoir l’une des 2 malheureuses personnes censées vous aider à prendre… Un simple rendez-vous ! Apparemment Internet, ils ne connaissent pas encore. Le standard téléphonique ne tient pas la charge non plus. Il date peut-être de l’ère soviétique.

Bon, on ne se démonte pas. 1er mardi, 200 appels le matin et autant l’après-midi. Échec.

Je vais sur les forums, certains disent qu’il leur a fallu… 1 an ! Pour avoir quelqu’un au téléphone ! J’hallucine grave.

198 tentatives d'appels le matin.

198, c’est le nombre de tentatives du matin. Je me suis permis d’arrondir à 200, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Certains dans les forums me conseillent d’éviter certaines préfectures, dont celle d’Évry et indiquent qu’il vaut mieux viser d’autres bien plus efficaces. Ah oui ? Et comment fait-on pour être reçu dans une autre préfecture demandé-je innocemment ? Bah en déménageant tout simplement ! Non, je ne rigole pas. Certains m’indiquent qu’ils choisissent sciemment l’endroit où ils vont vivre en fonction de la réputation de la préfecture. Totalement dingue.

3ème mardi, on arrive à avoir quelqu’un ! Ah non en fait on découvre que la phase 2 c’est un répondeur qui demande d’attendre. Et après 40 min d’attente de musique, cela raccroche. Dépression. Mais jour de chance, nouvelle tentative et on a quelqu’un après 30 min. Et vous savez quoi ? 1er rendez-vous décroché ! FUCK YEAH !!!!

Petite blague pour détendre l’atmosphère : 2 semaines après que nous ayons réussi cette épreuve du feu, ils ont mis en place une demande de rendez-vous via un site Web. Fini le numéro magique ! J’étais presque dégoûté que les autres derrières allaient avoir un process plus simple. Ça rend vraiment con ces histoires ! Nous découvrirons plus tard que cela n’est pas forcément mieux…

Avril 2018. Le 1er rendez-vous. Il dure en fait 2 min. Ils vérifient 2 ou 3 trucs puis indiquent qu’ils vont envoyer une convocation par courrier et donnent l’ensemble des pièces à réunir pour monter le dossier. Bon ok, why not. Il y a peut-être moyen de faire cela en numérique non ?

Mai 2018. La convocation arrive par courrier que 2 mois plus tard ! Finalement, c’est fastoche 🙂 Je suis en déplacement, elle m’envoie une photo de la convocation. Je regarde vite fait la date du prochain rendez-vous, écrite à la main (à la main ???) et je vois Août. Je lui réponds : “Top ! C’est super cool, cela va assez vite en fait !“. Elle me répond : “Regardes bien la date…“.

Stupeur. La date du prochain rendez-vous est dans…1 an et 3 mois. C’est Août 2019 en fait ! On a relu plusieurs fois pour être sûrs. Je me suis dit qu’ils s’étaient forcément plantés vu que c’est écrit à la main, cela peut arriver. Sauf que pour vérifier, il faut appeler le numéro injoignable. Tristesse absolue…

1 an et 3 mois plus tard…

Août 2019. Le jour J tant attendu ! On attend derrière les portes roses. Les portes du bonheur ! Elle est préparée à bloc, a révisé les rois de France, les fleuves, la Marseillaise, les membres du gouvernement, parle parfaitement le français (bien mieux que la majorité des français dont je fais partie). Elle rentre…

Et ressort 2 min après. Ça pue grave. On a fait une grosse connerie. Que dis-je, une énorme bêtise ! Pendant les 1 an et 3 mois d’attente, on a été assez cons pour… vivre et… déménager. Il y a 1 mois. Putain… à un mois près…

Or, il faut changer l’adresse dans les 8 jours sur la carte de séjour. C’est la loi ! La carte n’est donc pas valide. Il faut remplir un formulaire pour faire le changement et reprendre rendez-vous. 1 an supplémentaire dans les dents du coup ? On verra… La personne qui l’a reçu lui a dit de reprendre un rendez-vous en ligne et qu’elle reviendra dans 2 mois refaire l’entretien. Pas de panique soi-disant ! Mais avant de revenir sur ce point, commençons par résoudre le problème du changement d’adresse.

Pour faire un pauvre changement d’adresse, vous vous attendriez à aller quelque part sur un site officiel, fournir un justificatif EDF ou équivalent et c’est tout non ? Ouh là là, non, pauvre fou ! Pas pour les étrangers ! Il faut remplir un formulaire et aller le déposer à un guichet. Allez ! Soyons des dingos, allons voir un aimable guichet.

La suite à la sous-préfecture de Palaiseau. Première journée, elle arrive vers 8h15 pour une ouverture à 9h. Une soixantaine de personnes devant. Grave erreur. Il faut absolument faire partie des 30 premiers pour avoir le droit d’avoir audience auprès de notre administration. Quel que soit le motif. Oui vous avez bien lu. Quel-que-soit le motif. Cela parait absurde non ? Attendez, vous n’allez pas être déçu de la suite.

Elle arrive jusqu’à un fonctionnaire de l’administration qui lui donne ce précieux conseil : il faut poser sa journée, venir à 6h du mat avec une chaise pliante, à manger et à boire. À 9h, espérer faire partie des 30 chanceux quotidiens. Ensuite, il faut s’attendre à passer la journée dans la sous-préfecture pour, rappelons-le… Indiquer un changement d’adresse. On est passé dans la quatrième dimension.

Petite aparté. Apparemment, d’autres administrations françaises semblent nettement plus efficaces pour gérer un changement d’adresse et ce, même pour un étranger. Un exemple : les impôts ! C’est amusant mais eux, ils ont effectué le changement d’adresse immédiatement. Pas besoin de vous rendre où que ce soit, tout est fait en ligne et très rapidement. Mais pourquoi une telle différence ? C’est rapport à l’argent me dit-on. Malgré tout, je suggère ardemment aux préfectures et sous-préfectures d’organiser des rencontres avec l’administration fiscale afin d’échanger sur ces « best practices » comme on dit chez les startupers.

Là commences la deuxième partie de la saga que j’ai intitulée : « douces nuits d’été sur un trottoir de Palaiseau ».

Elle a tenté les 2 journées suivantes de venir à 6h30 puis ensuite à 6h mais à chaque fois, plus de 30 personnes. Je prends les choses en main. Je lui dis que nous allons descendre de 1h tous les jours jusqu’à trouver l’heure optimale pour être pris. Du coup, le lendemain, nous sommes arrivés à 5h, motivés, devant la sous-préfecture. Et devinez quoi ? Il n’y avait personne dans la rue ! Victoire ! Ah, ah, quelle bande de fainéants ces étrangers. Il suffisait de venir à 5h du mat. Ils me font doucement marrer.

Ah mais non en fait ! Une voiture fait des appels de phares et donne un coup de klaxon. Des personnes sortent de voitures, tapies dans l’ombre. Elles nous indiquent l’existence d’une liste non officielle sur laquelle il faut s’inscrire. Il n’y a que 4 personnes présentes dans la rue et pourtant, on est 11ème sur la liste. Les autres se sont inscrits puis se sont barrés dormir chez eux. Ambiance.

Bon bien sûr, vous avez envie de dire que sa liste non officielle, il peut se la mettre où je pense et faire l’avion avec. Mais bon. Il est 5h du mat, vous n’avez pas envie de vous battre car d’une part, vous ne savez pas bien vous battre et en théorie théorique, 11ème, ça passe dans le wagon des 30 galériens quotidiens.

A noter bien sûr que c’est illégal de faire ça. Ce sont simplement les gens qui essaient de s’organiser par eux-mêmes tout en grugeant finalement les autres qui viennent vraiment 4 ou 5h avant camper. Le trottoir appartenant à la ville, la préfecture ne peut rien faire. Enfin, c’est ce qu’elle raconte, c’est toujours pratique de rejeter la faute sur l’autre hein.

En discutant avec les autres galériens, j’apprends au passage qu’à certaines préfectures, une véritable mafia s’est installée pour vous faire payer votre place sur cette liste. Comme manifestement les autorités s’en foutent, certains ont flairé le business de la détresse. On m’a parlé de tarifs jusqu’à 150€ !!! Nous, au moins, c’était gratos. Certains étrangers sur place me disaient qu’ils préféraient d’ailleurs payer plutôt que de prendre le risque de poser une journée de travail pour rien. Chères têtes pensantes de l’administration française, vous entendez cela ? Ils seraient prêts à payer plutôt que de vivre cela ! Montez votre startup les gars !

Bon au fur et à mesure, la tension monte sur place car les premiers sur la liste arrivent plus ou moins au dernier moment. Du coup, certains commencent à s’auto-proclamer chef de la liste pour la réorganiser à leur avantage. On vous rappelle que c’est quand même un pauvre bout de papier qui a été déclaré liste officielle de journée. Certains m’ont dit qu’ils voyaient même des mecs débouler avec… bah… leur propre liste forcement 😉 Bah oui ! D’où ta liste pourrie est la vraie ? C’est la mienne mec !

Bon, je ne vous raconte pas d’ailleurs la tension sur place quand numéro 1 se pointe comme une fleur à 8h/8h30 pour gentiment vous passer devant.

D’après une discussion que j’ai eu avec la sous-préfecture, il faut normalement appeler la police en cas de liste mais après, vous vous retrouvez seuls avec les 40 autres à 5h du mat… C’est vous qui voyez !

Malgré tout, je fais quand même connaissance avec plein de gens super sympas, Sénégalais, Algériens, Tunisiens, Ivoiriens. Tous avec de bonnes grosses galères alors qu’ils sont tous en règles. Mais ils le prennent avec beaucoup de calme et philosophie étonnamment.

Après 4h d’attente et beaucoup de fatigue, tout va se passer en 10 min. La police arrivant 5 min avant l’ouverture pour gérer une éventuelle émeute. On est donc 11ème à cause de la liste magique mais nos chances d’être pris sont maximum. On passe la barrière !!!

– Le responsable de la barrière : “C’est pour quoi ?” (en perpétuant cette longue tradition d’absence de bonjour)
– Nous : “Bonjour, c’est pour un changement d’adresse !
– Lui : “Non.”
– Nous : “Quoi non ?
– Lui : “C’est le lundi, mercredi ou vendredi et là, on est MARDI.
– Nous : “Quoi ?!? Mais on est venus tous les autres jours et on n’a pas réussi donc vous pouvez peut-être…
– Lui : “NON ! Le changement d’adresse, c’est le lundi, mercredi ou vendredi ! Et là… on est MARDI ! Faut lire Monsieur, c’est écrit !”

(Là, je retire la lame de rasoir des mains de ma chérie et je l’empêche de se tailler les veines).

Eh oui ! Nous sommes de gros abrutis ! Nous n’avions pas vu que le changement d’adresse, ça ne marche pas ni le mardi ni le jeudi (bah oui, c’est tout de même évident). Heureusement que j’aime les trottoirs de Palaiseau et que nous avions nos chaises pliantes. Vraiment charmante cette ville, je vous la recommande chaudement.

Seule lumière de la matinée, je rencontre l’une des responsables qui me reconnaît grâce au fil Twitter (truc de fou !!!). Elle est charmante, concernée, s’excuse de la situation et compatis réellement de tout cela. Elle m’explique l’envers du décor.

Il n’y a qu’une seule personne au guichet pour gérer TOUTES les demandes, peu importe le sujet, pour la journée. Pas toujours la même heureusement. Mais pour éviter le pétage de câble du fonctionnaire winner du jour, ils limitent entre 15 et 30 personnes l’accès à la préfecture pour tous les dossiers. Souvent cette personne ne mange pas de la journée. Je ne sais pas comment ils choisissent cette personne pour cette journée de l’enfer. À la courte paille peut-être. Ou en représailles d’un comportement passé peu apprécié de ses camarades.

Elle m’explique que le changement d’adresse ne peut se faire via le Web pour éviter la fraude, afin de vérifier le passeport et carte de séjour. J’avoue être moyennement convaincu car un changement d’adresse ne devrait pas tout remettre en cause les vérifications précédentes. J’apprendrai plus tard qu’il y a un projet pour faire le changement d’adresse un jour en ligne.

Mais on la sent vraiment humaine et en manque de moyen. Leur job est super difficile, beaucoup craquent sous la pression et l’agressivité des gens puis partent en arrêt… Ce qui forcément ajoute du délai et de la pression sur ceux qui restent. Cercle vicieux. Job bien pourri apparemment.

A noter que le changement d’adresse se fait en 10min. Il suffit donc d’être assez malins pour camper un jour où le guichet dédié sera ouvert. Bonne nouvelle, ce changement est immédiatement opposable à la procédure de naturalisation. À se demander pourquoi l’agent d’Évry ne l’a pas fait au lieu de nous jeter…

Malgré tout, je tiens à remercier chaleureusement cette dame pour avoir pris le temps de nous parler, de nous expliquer “l’autre côté” qui est loin d’être simple aussi. Manque de moyens et de volonté politique pour changer quoi que ce soit.

Au passage, cette situation est loin d’être récente et semble donc se dégrader :

Palaiseau : les étrangers font la queue la nuit devant la sous-préfecture
Le service des étrangers en sous-préfecture de Palaiseau est totalement saturé

Entre temps, dans les bonnes nouvelles, nous avons réussi à choper un nouveau rendez-vous pour déposer à nouveau le dossier de naturalisation d’ici 2 mois, via le site en ligne qui est une blague monumentale. Il ouvre tous les dimanches à minuit pile et à 00h01, il pète avec une erreur 500. Traduction : le site se vautre comme une crêpe. Bref, à l’heure du Cloud, il ne tient pas la charge et propose des formulaires conçus par des malades mentaux comme celui-ci :

Un formulaire bien débile proposant 2 fois le même choix !

Dès la première question, on se fout de votre gueule et on vous manque de respect. Faut le faire quand même, non ? Si je croise les développeurs web ayant commis ce crime, je serai dans l’obligation de les taper. À moins que la connerie fait partie du cahier des charges (franchement c’est possible). Le site est peut-être hébergé chez la mère de l’un des stagiaires aussi. Du coup, forcément, il pète rapidement. Je ne vois vraiment pas d’autres explications logiques.

Certains galèrent énormément pour réussir à prendre le rendez-vous via le site et peuvent mettre jusqu’à plusieurs mois.

Restait à cracker le code du process de changement d’adresse… Et je vous la fais courte, nous n’avons jamais réussi, malgré plusieurs autres matins à 5h du mat, à faire partie des 30 glorieux. Certains arrivent carrément la veille et dorment avec un duvet sur le trottoir. Heureusement, notre histoire a fini par arriver aux oreilles d’un très gentil Sénateur qui nous a aidé à obtenir un rendez-vous pour faire le changement d’adresse. Merci énormément à lui. Mais j’étais à la fois super content et super triste. Content bien sûr d’avoir réussi à faire ce changement d’adresse maudit. Triste de devoir by-passer tout le système qui devrait pouvoir offrir une expérience un peu plus humaine à n’importe qui.

Septembre 2019. Aujourd’hui, nous sommes donc retournés à Evry la merveilleuse pour en finir, nous l’espérions, avec tout cela. Elle répète la Marseillaise dans la voiture avec Mireille Mathieu, révise à nouveau les membres du gouvernement. Bah oui, à chaque fois ils sont différents, vu les délais entre chaque rendez-vous.

Vous vous souvenez de la dame qui avait dit pendant l’entretien de naturalisation : “ne vous inquiétez pas, cela va prendre deux mois et on se revoit” ?

Et bah on prend le ticket et… Ça pue à nouveau. Direct. On n’est plus dans le même endroit que la dernière fois. Nous ne sommes plus devant les fameuses portes roses donnant accès aux pièces sacrées et enviées de tout étranger qui se respecte et où se déroulent les entretiens pour la naturalisation.

Nous sommes apparemment repartis à zéro ! Arrivée au guichet, on explique qu’il y a sûrement eu une erreur. Une très gentille dame est également surprise du process et nous ramène devant les portes roses, et nous demande d’attendre. Espoir…

Elle sort et nous demande de la suivre. Une autre dame sort avec un grand sourire. Bon signe ! (Spoiler : non). Elle nous explique que suite au changement d’adresse, on repart bien de zéro. Je suis halluciné. Je montre mon mécontentement.

En retour, cette petite remarque assassine : “nul n’est censé ignorer la loi !“.

Sauf que c’est totalement faux. Cette expression est réservée au pénal. Je te garantis ma grande que je peux te trouver plein de lois dont tu n’as même pas idée de l’existence. Cette phrase est d’une agressivité inouïe. D’autant qu’ils sont nombreux à la préfecture à ne même pas connaître leurs propres procédures et lois. Et franchement, vu le bordel, je ne leur en veux pas forcément mais qu’ils ne viennent pas faire la morale en retour !

Ensuite elle nous explique qu’un étranger signe un contrat avec l’Etat et que ce contrat n’a pas été respecté puisqu’elle a changé d’adresse et s’était engagée à le signaler. C’est vrai qu’elle a acheté une maison, paie désormais des impôts fonciers et des frais de notaire, une vraie trahison pour l’Etat. C’est assez logique de se faire punir en retour.

Donc voilà la conclusion après presque 2 ans : retour à la case départ sans toucher les 10000 francs. J’ai une image encore plus fortement dégradée de mon pays.

Conseil aux étrangers : ne changez surtout jamais d’adresse une fois le processus de naturalisation lancé. Sauf si vous voulez jouer au même jeu débile que le nôtre.

Allez, je vous en ai quand même gardé une bonne pour la fin.

Du coup, le guichet l’a quand même reçu pour faire à nouveau le premier entretien, celui censé valider rapidement que vous êtes éligibles pour le futur vrai entretien. Vous vous souvenez ? Celui qui avait duré 2 min et où nous avions reçu une convocation 1 an et 3 mois après, suite à cela. Bon, moi, j’attendais super énervé mais serein sur cet entretien malgré tout. L’évidence même : vu qu’elle avait déjà tous les papiers pour son entretien final, elle est forcément en règle pour le tout premier.

Quand surgit l’ultime blague. En fait, son dossier n’est pas recevable car l’une des pièces n’est pas conforme. Il faut une version originale de son extrait d’acte de naissance tamponné par son pays d’origine et là, c’est une copie. Elle doit donc retourner au pays pour récupérer ce papier avant de faire à nouveau sa demande. Les bras m’en tombent et je perds tout espoir.

L’ultime question du coup : comment avons-nous pu passer la première fois ??? Erreur humaine d’après la dame. On devrait même être content car de toutes façons le dossier n’aurait pas été validé par le Ministère ainsi. Ah bon, bah ça va alors, je suis content puisqu’on me dit de l’être. Par contre, elle se dit admirative de voir une femme tenter la demande de naturalisation par elle-même, en dehors du mariage. Elle dit que c’est assez rare. Elle semble sincère mais franchement, vous avez l’impression que le pays aide ce genre de femme courageuse ?

On ne sait pas comment tout cela est possible. Elle pense peut-être avoir donné une fois ce fameux original mais ne s’en souvient pas vu la tonne de justificatifs et rendez-vous qu’elle a eu. Ils l’ont peut-être tout simplement paumé. C’est possible vu que tout est géré sur papier et que l’on écrit les dates de rendez-vous à la main…

Certains sur Twitter m’ont dit vivre sur le territoire depuis 40 ans et avoir abandonné la procédure de naturalisation, dégoutés. D’autres m’ont dit être partis dans d’autres pays capables les accueillir plus dignement. Vous êtes nombreux à m’avoir partagé vos histoires bien tristes et révoltantes.

A l’heure de la fameuse Start-up nation, des Next40, de Station F, des défis du numérique dans lesquels la France est en retard sur presque tout, nous ne sommes pas capables d’accueillir de jeunes talents diplômés étrangers dans des conditions descentes. Et d’accueillir des étrangers tout court en règle.

Donc, si un jour vous entendez à nouveau cette hérésie de dire que l’on donne tout et facilement aux étrangers, vous pourrez dire que c’est totalement faux. C’est même une immense connerie.

Devenir français, ça se mérite. On ne donne pas la naturalisation à n’importe qui !

Mais la France mérite-t-elle vraiment ces talents ?

10 thoughts on “Naturalisation des talents, Start-up Nation et foutage de gueule organisé

  1. J’adore “des formulaires conçus par des malades mentaux” avec l’exemple du choix binaire exactement identique !
    MERCI de ce partage d’expériences, malheureux certes mais tellement utile d’un point de vue de la trace écrite (numérique).

    À une toute autre échelle, notre situation familiale avec 2 enfants : nous avons prix un congés sabbatique ou démissionné (pas le choix), on a vendu notre bien (donc pas d’adresse principale), on a quitté une année le territoire français (pour voyager autour du monde, et apparemment l’escale en Nouvelle-Calédonie ne remet pas le compteur à zéro)… Je te laisse imaginer les démarches pour tout ré-enclencher au retour : déjà 3 mois que l’on se colle aux démarches en lignes ou en agences, à guetter les RDV, les mails et les courriers. Note : le FISC a bien tout mis à jours de son côté 🙂
    Le voyage nous a appris la patience et qu’il y a des administrations bien pires ailleurs, souvent corrompues. Mais je compatis donc totalement avec ce que vous vivez, sans hélas en être étonné, honteusement.

    PS : au plaisir de te recroiser lors d’un évènement prochain

  2. Merci pour ce récit. A peu près les mêmes histoires absurdes avec ma femme sans même tenter la naturalisation (ils ont réussi à demander 4 actes de naissances originaux en un an…). Et on a été chanceux, obtenir un numéro de sécu n’a pris qu’un peu plus d’un an et une erreur dans la recopie de la date de naissance malgré les 4 papiers qui la donnaient, ambiance.

    Par contre les impôts ils sont au top! Aucun problème pour qu’elle puisse payer ses impôts!

  3. Hey David, « superbe » histoire. J’ai tout lu et c’est rare que je le fasse…
    J’ai connu un sale type à la préfecture d’Evry où j’ai grandi. C’est sur, tu lui donnais un billet et il te faisait passer ton dossier en haut de la pile. Il m’avait raconté à l’époque quelques histoires horribles qu’il faisait subir aux étrangers, leur parlant comme de vulgaires animaux sauf si c’était de jolies nanas ou des parents de footballeurs connus (qui avaient des places pour des matchs…)
    Bref, le manque de moyen ne justifie pas tout car au final ce sont des vies humaines qui sont en jeu.
    Si tu montes une cagnotte pour en faire un film, je mettrai au pot 🙂

  4. Bonjour,

    Ayant fait récemment une demande de naturalisation (dans un autre pays), j’ai pu obtenir mon acte de naissance original en ligne, et mes casiers judiciaires, en ligne ou via les ambassades. Je ne sais pas de quel pays ta compagne est originaire, mais peut-être pourra-t-elle s’épargner un voyage en s’adressant à son ambassade en France? Je croise les doigts pour elle.

  5. Dans mon histoire personnelle avec une sous-préfecture : une dame m’indique qu’il va falloir traduire en Français (par un traducteur assermenté quand même) tous les documents officiels qui venaient …. du Québec. J’ai demandé le nom d’un traducteur assermenté qui fournissait un tel service, car là, je n’en connaissais pas 🙁

    Elle me demandait plein d’autres trucs absurdes donc j’ai dit “D’accord”. Je suis retournée un autre jour avec exactement le même dossier et là, pas de souci, le dossier a été accepté sans problèmes :/

    Comme vous, il y avait toujours une queue impossible et on était obligée d’arriver très tôt pour être reçue…. mais on acceptait quand même plus de 30 personnes par jour. Je me rends compte maintenant que c’était une “bonne sous-prefecture”. Qui l’aurait dit 🙂

  6. Je compatis à ce que toi et ta femme vivent en ce moment.
    Pour avoir cotoyé plusieurs couples comme le tien, je confirme que la grande majorité simplifie le calvaire en se marriant . La procedure est plus simple dans ce contexte, surtout que ce n’est pas un marriage blanc et donc prouvable facilement (ne serait-ce que l’achat de votre logement).
    Pour la question du changement d’adresse, de nombreuses procedures de ce type (très longues) imposent de ne strictement rien changer pendant plusieurs années le temps que toute la procédure arrive à son terme (cas de l’adoption par exemple).

    Bon courage à toute la famille
    fab

  7. Excellente histoire, je reconnais tellement mon expérience! Et dans mon cas on parle uniquement d’un Visa de travail pour un rôle technologique (On était venu me recruter au Québec). J’ai abandonné quand mon Visa original (de 3 ans) a expiré malgré ma demande de renouvellement plus de 3 mois avant. Ma femme, qui venait via mon Visa, mais avait un titre de séjour distinct devait renouveler chaque année (!!), elle en faisait des cauchemars dès l’approche du renouvellement chaque année (minimum 4 visites à la préfecture chaque fois, formulaire qui change chaque année, timbres fiscaux (what!!) qui ne sont pas vendus sur place, et j’en passe).

    À notre arrivée nous nous demandions si nous allions y rester à long terme… l’Administration nous a convaincu que non (je n’aurais jamais trouvé le courage de faire une demande de naturalisation!).

    Eric

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *